Vous rappelez-vous le bonheur d’ouvrir la lettre d’un ami, d’une amie ?

correspondance scolaireQuelle est la technique Freinet qui permet d’apprendre à écrire, à lire, à compter, à chercher sur une carte de géographie, à faire des recherches en histoire, en sciences, à ouvrir l’école sur la vie … ?

Oui, oui, elle existe ! C’est …

La correspondance scolaire.

Un projet entre deux classes

Au départ, c’est le projet de deux enseignants-es avant de devenir le projet de deux classes. Entre les deux collègues est établi un contrat afin de se mettre d’accord sur le projet : des “détails” –format des lettres, rythme d’échanges avec calendrier, …- qui vont aider à ce que la correspondance soit réussie.

Les échanges de lettres sont de deux types : les lettres collectives et des lettres individuelles, en alternance.

Le plus simple est de trouver une classe de niveau équivalent. Mais on peut imaginer une classe de CP correspondant avec une classe de CE1 ou une classe de PS/MS/GS correspondant avec une classe de GS. Il est préférable qu’il n’y ait pas trop d’écart de niveau : une correspondance entre une classe de CP et de CM2 est toujours possible mais nettement plus délicate. Je déconseille de commencer avec ce genre de correspondance.

Mise en place

Au premier conseil de la classe, j’annonce que nous allons avoir des correspondants. J’explique que nous écrirons des lettres aux enfants d’une autre classe. Je n’en dis pas trop pour que les élèves imaginent, rêvent les correspondants et les lettres. Les élèves sont curieux et la plupart enthousiastes.

Premières lettres

Nous écrivons une première lettre collective : toute la classe écrit à l’autre classe. Nous ne parlons pas des élèves en particulier. Nous parlons de ce que nous faisons en classe et posons des questions à l’autre classe.

Pendant ce temps, l’autre classe écrit des lettres individuelles : chaque enfant a un correspondant particulier qu’il gardera toute l’année. Les collègues ont fait des “couples” en fonction des conpétences de chacun en lecture, écriture, desin et centre d’intérêt.

Tableau des échanges et croisements des lettres

date

vous

les correspondants
semaine 1 lettre collective lettres individuelles
semaine 2 on poste les lettres le lundi soir et elles voyagent pendant la semaine
semaine 3 lettres individuelles lettre collective
semaine 4 on poste les lettres le lundi soir et elles voyagent pendant la semaine

On peut retarder le début des envois de lettres individuelles dans les classes de maternelle et CP : les enfants n’écrivent pas seuls et la gestion de l’écriture des lettres individuelles demande du temps et de l’organisation. Dans ce cas, les deux classes échangent des lettres collectives (jusqu’aux vacances d’automne). Cela laisse aussi du temps aux enseignants-es de connaître mieux les élèves pour constituer les “couples”.

Au fil de l’année, en plus des lettres, des journaux des classes, des albums, des exposés et des recherches peuvent être échangés entre les deux classes.

Un vrai travail

La correspondance est un vrai travail de français : il s’agit d’écrire pour être lu et compris par le ou les correspondants. Chaque enfant fait de son mieux (en fonction de son niveau). Bien sûr les enseignants relisent et corrigent les erreurs oubliées après la copie, avant l’envoi de la lettre. Il y a eu un brouillon de fait auparavant. Souvent un enfant ayant des difficultés en écriture (graphisme) va s’appliquer pour son correspondant et écrire mieux que dans son cahier du jour.

Pour les élèves de maternelle et les CP en début d’année, j’écris sous leur dictée et ils repassent sur mon écriture en jaune (mon écriture en noir ou bleu sera toujour lisible).

Ecrire à l’autre n’est pas facile. Nous facilitons l’écriture en proposant aux élèves (pour les lettres collectives comme pour les lettres individuelles) le plan suivant :

Ville, la date

Bonjour x,

Merci pour … (ta lettre, ton dessin, donner un détail)

Je réponds à tes questions . (pas plus de 3 questions ont été posées)

.

.

.

Je raconte (L’enfant raconte une ou plusieurs nouvelles)

.

.

Voici les questions que je te pose (pas plus de 3).

.

.

.

Au revoir x ! (A bientôt x…)

 

Si un enfant est absent, c’est la maîtresse qui écrit un mot au correspondant (en cours d’année, un enfant qui a fini sa lettre écrit celle de l’absent). Imaginez la déception d’un élève de ne pas avoir de lettre alors que tous les autres sont en train de s’extasier sur celle de leur correspondant …

Organisation

Lorsque la lettre arrive, nous l’ouvrons de suite : difficile de faire une leçon de math ou d’autre chose avec les yeux de tous les élèves braqués sur l’enveloppe non ouverte …

La lettre collective

La lettre collective est affichée au tableau. Tout le monde peut la découvrir de sa place. Certains font déjà des commentaires. Puis par groupe, on va la découvrir de plus près. Quand un élève l’a lue (a cherché des mots pour les petits ou simplement regardée), il retourne à sa place. On la lit ensemble, on commente (ils font un journal comme nous, ils vont à la piscine, la chance ! …). On peut commencer à noter sur une feuille des idées et ce qu’il faudra chercher pour répondre aux questions des correspondants (y a t-il une rivière dans votre ville ? Combien il y a d’habitants dans votre ville ?…). On commencera réellement la réponse le lendemain pendant le moment de français : la correspondance n’est pas une activité en plus que l’on fait quand on a le temps. Elle est un moyen d’apprendre à lire et à écrire correctement. Si une question demande une recherche importante (par exemple sur l’histoire de la ville) ou un travail assez long (faire le plan de classe, se mesurer, …), on signale aux correspondants qu’on répondra à cette question dans la lettre suivante. On peut répondre sous forme d’album (voir l’article sur l’album). Les questions des correspondants sont souvent un moyen de découvrir l’environnement et la ville que l’on habite.

L’illustration de la lettre sera fait en arts plastiques : la technique sera décidée au conseil. En général, une équipe s’occupe de la décoration : on change d’équipe pour chaque nouvelle lettre. La signature donnera lieu aussi à un travail d’illustration. Une technique est décidée afin d’harmoniser la décoration : par exempe, une empreinte de main(s) et le prénom écrit dessus en belles lettres calligraphiées.

Format de la lettre : Afin de pouvoir lire la lettre de loin, l’écriture doit être assez grande. On se met d’accord entre collègues. Dans ma classe, la lettre collective est afichée sur la porte. Elle mesure en gros un mètre de large. Si la lettre est très longue, je la coupe et superpose les morceaux sur la porte .

Cette lettre sera tapée à l’ordinateur et collée dans le cahier de correspondance collective et dans les cahiers de lecture. Certains la liront en présentation de lecture (voir l’article sur la présentation de lecture).

Lettres individuelles

Elles sont distribuées à chacun-e par l’élève qui fait le métier correspondance (voir l’article sur les métiers). Chacun la découvre à sa place. Certains la montrent aux voisins. C’est la fête. Quand tout le monde a découvert la lettre de son correspondant, ceux qui le souhaient peuvent venir présenter leur lettre à la classe : ils la montrent, en parlent, lisent éventuellement quelques phrases. C’est un moment souvent émouvant. Certains préfèrent garder leur lettre secrète. On commencera réellement la réponse le lendemain pendant le moment de français : je répète, la correspondance n’est pas une activité en plus que l’on fait quand on a le temps. Elle est un moyen d’apprendre à lire et à écrire correctement, en vrai.

Dans ma classe, la lettre est au format A4 pliée en deux: une page de couverture, à l’intérieur le texte plus un dessin s’il y a de la place, au dos un dessin.

L’illustration de la lettre est faite de deux façons:

– Pour la page de couverture, une technique sera décidée au conseil. C’est utile pour les élèves qui n’ont pas de compétences en dessin : le drawing gum rend toujours très bien, le monotype aussi … A chaque fois la technique est différente.

– Pour le dessin à l’intérieur et/ou au dos, il est totalement libre : crayon de couleur, feutre, … Je me permets de donner des conseils à ceux qui n’ont pas trop d’idées ou pas trop de compétences (mélanger feutres et crayons de couleur, faire un fond, etc.).

L’enfant colle (ou scotche) dans son cahier de correspondance la lettre de son correspondant et écrit en face le brouillon de la réponse : utile pour savoir ce que l’on a déja raconté à son correspondant.

Précautions

  • Nous n’échangeons pas de photo, d’adresse personnelle, de numéro de téléphone (pas avant la fin de l’année). Imaginer son correspondant, en rêver est important. Et si la photo est mal prise, que répondre à un enfant qui dit : “la tête qu’il a mon corres … j’ai plus envie de lui écrire.”
  • La rencontre n’est pas obligatoire. Elle est un temps fort, très délicat : rencontrer celui, celle à qui j’ai écrit toute l’année, celui, celle que j’ai imaginé-e. Elle nécessite une grande préparation de la part des deux enseignants-es.
  • Et internet ? C’est pas plus facile ? Plus rapide ?
    Je privilégie les lettres en papier : les enfants rédigent, copient, dessinent, marquent leur lettre de leur personnalité, de leur singularité. Ouvrir l’enveloppe reste un moment extraordinaire : découvrir ce que les autres nous ont écrit, nous ont envoyé.  Dans le monde actuel où tous les échanges se font rapidement, redécouvrir l’attente, sentir le temps est presque un privilège, une découverte.
  • Attention à la formulation des critiques :  un enfant peut trouver que son correspondant écrit mal ou dessine mal. Il est important de le dire mais en faisant attention, en réfléchissant à comment il va le dire. Plutôt dire: “tu devrais regarder dans des livres comment dessiner des chats” que “ton dessin est moche, nul”.

La correspondance permet de ne plus se sentir enfermé, d’ouvrir la classe : “nous ne sommes plus seuls” (Freinet). C’est une technique facile à mettre en place. Si on débute, on peut privilégier la correspondance collective. Elle ne demande que du papier, des crayons, un peu de couleur, de la colle. Pas cher .. et ça peut rapporter gros. 🙂

Si cet article peut intéresser un-e de vos collègues, n’hésitez pas à partager ! Merci 🙂 Cel m’encourage aussi à partager mon expérience 🙂

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

3 commentaires sur “Vous rappelez-vous le bonheur d’ouvrir la lettre d’un ami, d’une amie ?

    1. Oui Evan 🙂 Les enfants ressentent très vite ce côté précieux de la lettre. Chaque lettre est un vrai cadeau. Les enseignants doivent être vigilants sur les courriers qui partent : jolis (le mieux que l’élève peut), amicaux et vrais. C’est une expérience inoubliable : la correspondance est la technique préférée de mes anciens élèves puis vient le journal scolaire. Des années après, des élèves viennent me montrer les lettres de leur correspondant et les journaux 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *