Mon premier podcast : le conseil en maternelle et en élémentaire

Sur ce blog vous trouverez à présent des podcasts.

Le premier podcast a pour thème le conseil ou comment gérer les plaintes et les propositions des enfants. Il complète l’article sur le conseil que vous trouverez sur cette page du blog.

Cliquez sur play pour l’écouter ou faites un clic droit  ici pour le recevoir directement sur votre appareil (par exemple pour l’écouter sur votre smartphone).

N’hésitez pas à me faire part de vos remarques et de vos questions.

Pour être tenu-e au courant des nouveaux articles et podcasts, le plus simple est de s’abonner à ma page facebook La pédagogie comme un chef.

Bonne écoute et à bientôt !

Transcription texte du podcast

Le conseil

Aujourd’hui, je vais vous parler du conseil.

N’avez-vous pas déjà entendu ?

  • Maîtresse, on m’a pris mon stylo !
  • Maître, la plante, elle va mourir si on ne l’arrose pas. Je peux l’arroser ?
  • Maîtresse, on fera encore de la peinture ?
  • Maître, y avait peno au foot et Paul il a continué à jouer et c’est pas juste. C’est tricher !

Comment gérez-vous toutes ces questions, ces demandes, ces critiques ?

Dans ma classe, il y a une réunion de prévue, deux fois par semaine pour gérer cette vie d’une mini société qu’est la classe. En effet, ces questions qu’il serait facile de ne pas entendre, sont révélatrices d’un désordre sous-jacent et d’un possible éclatement du groupe. Ces questions ont besoin d’être reprises, discutées et c’est là le rôle essentiel du conseil.

De quoi s’agit-il exactement ?

A un moment donné, prévu à l’emploi du temps, le travail s’arrête. Les élèves et moi (l’atsem aussi quand je suis en maternelle) nous nous disposons en cercle. Je préside la séance et j’assure aussi le secrétariat.

Nous commençons par établir l’ordre du jour grâce à un rituel et des maîtres mots qui permettront l’organisation du conseil. Le temps est limité.

Nous parlons ainsi de notre vie quotidienne. Nous nous efforçons de l’améliorer. Nous prenons des décisions.

Je vous lis par exemple les décisions d’un conseil de CM1 à la mi-octobre :

  • On ira par groupe de 4 à la bibliothèque de classe pour choisir un livre. Paul fait le tableau.
  • On installe une table pour faire des puzzles pendant les ateliers. Justine prévoit un tableau.
  • On fera le jeu de l’araignée et du hand ball en sport.
  • Ceux qui salissent les règles de la classe les nettoient avant de les donner à Clarisse, la responsable qui vérifie si elles sont propres.

Le conseil n’est pas un tribunal où la maitresse serait la juge. Le cercle favorise la communication réelle et la réciprocité.

Fernand Oury dans son livre, Vers la pédagogie institutionnelle, utilise une métaphore organique pour définir le conseil :

  • Le conseil, œil du groupe : tous dans la classe, peuvent voir et savoir. Ces informations, mises en commun, permettent souvent de voir … ce qui se passe.
  • Le conseil, cerveau du groupe : instrument d’analyse et de critique de ce qui se passe, d’élaboration collective de la loi et des règles de vie. Instrument de décision, il est aussi une mémoire collective avec le cahier de décisions.
  • Le conseil, rein du groupe : une réunion d’épuration de ce qui encombre, obstrue ou annule la vie collective et la production. Le conseil draine les énergies bloquées dans les tensions, les conflits, les inhibitions. Il les récupère et les réoriente.
  • Le conseil, cœur du groupe : lieu de recours où l’on parle au nom de la loi et qui permettra la cicatrisation des blessures ou frustrations subies au cours de la semaine. Lieu de reconnaissance des progrès, des efforts, des réussites. Il permet une re-dynamisation, un redémarrage, une remise en circuit …

L’évolution du conseil reflète l’évolution du groupe. Chaque classe a sa propre évolution de conseil mais souvent, il passe par 3 stades : le silence, le tumulte et le langage.

Première période : le silence

En début d’année, les élèves sont plutôt silencieux. Pourquoi la maîtresse nous réunit comme ça ? Pour parler ? Mais de quoi ? Les enfants ne comprennent pas vraiment. C’est la mise en route des activités qui va permettre de dire. Par exemple, l’escargot mis sur la table d’exposition par Paul a mangé le dessin de Maria. Maria est en colère.  Au conseil, on ne parlera pas de Paul en soi mais de Paul qui a apporté un escargot.

A la différence de la récréation où certains auraient tendance à régler leur pb à coup de poing, le conseil interdit les passages à l’acte. La verbalisation va donc devenir une nécessité.

Je ne règle pas les problèmes lorsqu’un enfant se plaint. Je renvoie toujours au conseil.

  • Maîtresse, il a traité ma mère !
  • Tu le diras au conseil.

Le conseil est régulier, deux fois par semaine. En début d’année, si on n’a pas grand-chose à se dire, on le clôt au bout de 5 mn. Chacun saura qu’il existe un lieu et un moment où il peut parler. Les enfants apprennent peu à peu à s’exprimer devant le groupe. Au début, c’est le calme plat, ils n’ont pas grand-chose à dire. Mieux vaut profiter de ce moment pour mettre en place un rituel qui facilitera la parole quand les conflits vont arriver.

Deuxième période : Le tumulte

C’est le moment où les conflits et les tensions vont apparaître. On discute, on se dispute. C’est parfois un flot de récriminations qui arrivent au conseil. Difficile de s’entendre. C’est un moment crucial dont dépend la suite du conseil. Le rituel prend alors tout son sens et permet de dédramatiser. Chacun sait ce qui va se passer.

On relit d’abord les décisions du conseil, on fait l’ordre du jour. Ceux qui le souhaitent s’inscrivent dans différentes rubriques :

  • Métiers
  • Critiques
  • Propositions
  • Informations questions
  • Félicitations- remerciements.

Ce rite permet de parler, d’être entendu. Il peut être modifié selon les besoins de la classe. Ne soyons pas naïfs ! Ce n’est pas parce qu’il existe un rituel qui favorise le fonctionnement du conseil que cela va suffire à apaiser les esprits. Même si l’enseignant peut se sentir démuni mais le chaos, c’est en fait un signe de réussite : les enfants investissent leur énergie dans le groupe. C’est une période délicate où il serait facile par exemple de désigner un bouc émissaire. La responsabilité de l’enseignant est à ce moment engagée. Cette période  où on entend parler bagarres, conflits, bruits dans la classes et divers incidents peut parfois durer.

Troisième période : le langage

Après plusieurs semaines, une petite lueur apparait, le groupe évolue : les enfants parlent, évoquent ce qui les préoccupe, évoquent des projets. Ce qui se passe au conseil est en étroite relation avec la vie quotidienne de la classe, avec toutes les activités qui s’y déroulent.

Le conseil n’a pourtant rien de magique. Ce n’est pas parce qu’on le met en place que les enfants vont tout de suite comprendre de quoi il s’agit et s’en emparer. C’est un long chemin qui mène vers la classe coopérative.

Si le sujet vous intéresse, vous pouvez aller lire l’article que j’ai écrit sur le blog La pédagogie comme un chef. Je présente deux exemples de conseil : un en maternelle, un en élémentaire. Vous y trouverez aussi une fiche guide pour démarrer un conseil dans votre classe.

N’hésitez pas à partager ce podcast si vous pensez que cela peut intéresser un ou une collègue.

Pour être au courant des nouveaux articles et des podcasts, abonnez-vous à la page facebook La pédagogie comme un chef.

A bientôt !

 

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 commentaires sur “Mon premier podcast : le conseil en maternelle et en élémentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *