Faut-il faire croire au père-Noel

 

Et oui, chaque année, il revient et on ne peut pas y échapper. En occident particulièrement, le Père Noël c’est un des rites de l’enfance… On peut lui écrire et des lutins s’affairent pour que chacun reçoive une réponse. Le père Noel vit avec son temps et est à la pointe du progrès. Vous pourrez suivre son trajet en temps réel le 24 décembre, avec recensement en direct de la distribution des cadeaux sur google. L’armée américaine certifie que son espace aérien accueillera toujours le traîneau et les rennes. OUF !

 

Alors le père Noël, joli conte ou débilité ?

Faut-il faire croire  les enfants au Père Noël? ou non ?

Qu’en pensent les parents ?

De toutes façons, quel que soit le choix des parents, la question principale reste : est ce préjudiciable au bon développement psychologique de l’enfant de croire ou de ne pas croire au père Noel ?  

Le sujet est complexe et loin de moi l’idée de vous donner une quelconque vérité. Les psychiatres psychologues psychanalystes ne sont pas tous d’accord.

Premier camp : c’est vraiment nuisible pour les enfants de croire à cette ânerie … Et oui, carrément !

C’est l’avis des psychologues anglo-saxon Chris Boyle, Kathy McKay : mentir aux enfants à propos de l’existence du Père Noël risque de saper leur confiance le jour où ils découvriront la vérité, en les exposant, je cite, à une «déception abjecte». Les enfants vont ensuite se demander sur quoi d’autre leurs parents peuvent mentir.»

D’autre part, que penser des tonnes de cadeaux au pied du sapin ? Quand les parents travaillent beaucoup, ils seraient tentés de compenser leur absence en couvrant les enfants d’amour, et donc d’offrandes.

 

Au sujet des cadeaux, avez-vous vu la vidéo de la filiale espagnole Ikea. On demandait à des enfants d’écrire deux lettres de Noël: l’une au père Noël, l’autre à leurs parents. Dans la première, ils réclamaient les derniers jeux Wii à la mode, des pianos, guitares et des licornes. Dans la lettre aux parents, ils demandaient plus de temps en famille.

Les « anti-Père Noël » invoquent aussi l’injustice sociale. La  psychanalyste Dominique Gobert répond qu’il ne faut pas oublier que normalement, c’est le Père Noël qui décide ce qu’il va offrir. Il n’est pas sensé offrir tous les jouets de la liste… La kyrielle de cadeaux n’est-elle pas symptomatique de la place centrale de l’enfant dans notre société ? Pour être heureux, il doit tout avoir. Le mythe du père Noël est aussi une façon pour les parents de poser des limites.

 

Donc dans le camp pro père Noel,

Dominique Gobert indique qu’il aiderait à grandir. Ne plus croire au Père Noël, c’est « constater qu’on ne peut plus prendre ses désirs pour des réalités, que tous nos souhaits ne peuvent pas être exaucés ».

Claude Halmos psychanalyste indique que « Si le Père Noël n’est pas vrai ‘pour de vrai’, l’amour qu’il incarne, lui, l’est.

Et Francoise Dolto, pédopsychiatre et psychanalyste parlait ainsi du père Noel :

“Les enfants ont beaucoup besoin de poésie, et les adultes aussi. (…) Je crois qu'(on) s’inquiète de ce que l’enfant croie au Père Noël comme si c’était mentir que de lui en parler. Mais un mythe, c’est de la poésie ; et elle a sa vérité aussi. Bien sûr qu’il ne faut pas continuer trop longtemps, ni dire que le Père Noël ne fera pas de cadeaux si l’enfant n’obéit pas aux parents”.

L’imagination et la poésie enfantines ne sont ni crédulité, ni puérilité, mais de l’intelligence dans une autre dimension“.

d’après Dominique Gobert,

Si l’enfant ne croit pas au père Noel, il trouvera un autre rite pour passer du merveilleux à la désillusion. Elle rappelle que le problème de la croyance se pose pour chaque humain, de façon singulière et sur des questions universelles comme : comment je suis né ? qu’est-ce que la mort ? « Chaque enfant sera amené à réfléchir, à fabuler, à imaginer sur ces deux grandes questions. Il inventera des croyances qui lui seront personnelles, et aura un chemin à faire dessus. »

Croire ou ne pas croire, la question reste entière et chacun fait comme il le sent.

Dites –moi et la petite souris, vous y croyiez ?

N’oubliez pas de partager l’article si vous pensez qu’il peut intéresser une personne 🙂

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 commentaires sur “Faut-il faire croire au père-Noel

  1. Bonjour Isabelle et merci pour cet article qui nous montre concrètement, et avec des références, les pour et les contre de la légende du Père-Noël.
    Je préfère parler d’une légende que de “faire croire” au Père-Noël. Car nous ne pouvons pas “faire croire”. Nous pouvons mettre en place des actions et c’est ensuite l’enfant qui y croit ou pas.
    Personnellement, je dirai (ma fille n’a que 3 mois ;-)) qu’il existe une légende selon laquelle un homme, que l’on appelle le Père-Noël, offre des cadeaux aux enfants …. et que, comme toutes les légendes, on peut y croire ou pas. Cela permet à chacun de faire ce qu’il souhaite chez lui et à l’enfant de comprendre qu’il y a des enfants qui y croit et d’autres pas. Ainsi un enfant qui croit au Père-Noël ne serra pas déçu quand un copain lui dira “mais il n’existe pas!”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *